Stache – Cœur meringue Lyrics

Stache – Cœur meringue Lyrics

J’ai perdu tant d’énergie, mais je l’ai su
Que toucher tes lèvres me rendrait fou, moi j’explique pas ce qu’on fout
J’en perds la raison et j’ai l’air d’un con
J’parle d’avoir un gosse, d’acheter des poupons
Imagine comme c’est beau c’est loin
Bah moi, ça m’plait peut être que c’est bien
Vivre à deux, c’est okay
Tout quitter, c’est okay

Tu partiras, mon coeur se noie et tout me déprime
J’ai aimé vivre loin, j’ai peur de l’avenir
Et tous ces mots qui touchent, et tous ces mots
Et tous ces mots qui coupent et brisent la peau
Tu partiras, mon coeur se noie et tout me déprime
J’ai aimé vivre loin, j’ai peur de l’avenir
Et tous ces mots qui touchent, et tous ces mots
Et tous ces mots qui coupent et brisent la peau
Et brise la peau, et brise la peau

Imaginer trop grand, que tout tombe à l’eau
Cueillir la fleur qu’on voyait ado’
J’ai voulu, voulu que nos corps se lient
Tant couru et pourvu, qu’il n’y ait pas d’oubli
Que le temps tue, qu’il rend nostalgique
Vis, dans le passé comme un film de Kubrick
Je sers mes poings en pensant que tout est fini
Me réveil l’espoir que tout soit parti

Tu partiras, mon coeur se noie et tout me déprime
J’ai aimé vivre loin, j’ai peur de l’avenir
Et tous ces mots qui touchent, et tous ces mots
Et tous ces mots qui coupent et brisent la peau
Tu partiras, mon coeur se noie et tout me déprime
J’ai aimé vivre loin, j’ai peur de l’avenir
Et tous ces mots qui touchent, et tous ces mots
Et tous ces mots qui coupent et brisent la peau
Et brise la peau, et brise la peau

C’est dans tes yeux que je suis amoureux
C’est dans tes yeux que je suis amoureux
C’est dans tes yeux que je suis amoureux
C’est dans tes yeux

Tu partiras, mon coeur se noie et tout me déprime
J’ai aimé vivre loin, j’ai peur de l’avenir
Et tous ces mots qui touchent, et tous ces mots
Et tous ces mots qui coupent et brisent la peau
Tu partiras, mon coeur se noie et tout me déprime
J’ai aimé vivre loin, j’ai peur de l’avenir
Et tous ces mots qui touchent, et tous ces mots
Et tous ces mots qui coupent et brisent la peau (J’ai aimé vivre loin)
Et brise la peau